La discrimination positive a été élaborée pour la première fois aux Etas-Unis au début des années 60. Elle se caractérise par la création d'inégalité afin de promouvoir l'égalité. C'est un dispositif qui consiste à mettre en avant l'égalité des chances, qui est rongée par des pratiques racistes ou sexistes ainsi que par des difficultés socio-économiques.

Dans quels lieux et dans quels contextes la discrimination positive, ou "affirmative action" (désignation originelle) a été élaborée?

Elle s'appliqua dans les pays où la politique de ségrégation était officiellement légalisée. Il s'agit bien évidemment des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson, mais aussi en Afrique du sud  depuis 1994 ainsi que la Nouvelle zélande vis à vis de sa population Maoris.

Le point commun de ces trois pays (qui ne sont pas les seuls) c'était bien l'institutionnalisation de la ségrégation. Cette  politique contraire aux principes des droits de l'homme a été abandonné.

L'Etat avait donc déclaré anticonstitutionnelle toute action qui exclurait un individu selon ses origines ethniques.    La discrimination positive intervient donc dans ces pays dans un soucis de correction, de réparation d' inégalités que jadis l'Etat avait  lui même encouragé.

De ce fait, est - ce que la France, pays certes colonisateur mais aussi pays dans lequel la discrimination et la ségrégation n'ont jamais été légalisée voire institutionnalisée, peut se baser sur l'aspect physique afin de  promouvoir des minorités ethniques?? C'est bien parce que la France n'a pas pratiqué légalement de ségrégation que la discrimination positive basée sur des critères physiques n'a  pas lieu d'être. Ce faisant, on pourrait parler de discrimination positive basée sur le territoire, ou sur la situation financière de l'individu. En fait, pour être plus précis, les caractéristiques physiques se noieraient dans la territorialité. Ne serait-il pas plus juste de réserver certains postes à  des individus habitant dans certaines zones géographiques déterminées?? Par exemple, réserver certains emplois à certains jeunes habitant dans certains quartiers parisiens, ou certaines cités de banlieues. Ainsi, on engloberait toute personne  quelque soit son origine, et le point commun serait son lieu d'habitation qui indiquerait que la personne est plus  exposée à des discriminations en raison de son lieu d'habitation.  Lieu de résidence, qui sommes toute est pour la plupart du temps habité par des populations d'origine africaine, antillaise, turque, asiatique.... mais aussi d'origine française. L'idée serait donc d'aider les populations les plus modestes, les plus exclus du fait de leur lieu de résidence. C'est une conception rawlsienne que je prône ici, car en effet dans son fameux ouvrage Theory of justice, John Rawls énonce que dans un Etat parfaitement juste il doit être indifférent de naître avec telles caractéristiques plutôt que telles autres.  (cf Théorie de la justice, John Rawls).                                                                   

La France n' a pas la même histoire que les Etats-Unis, ce faisant la discrimination positive s'appuyant sur les caractéristiques physiques des indivius n'a pas lieu d'être. C'est parce qu'on excluait des individus du fait de leur origine ethnique de manière institutionnelle et légale qu'il était nécessaire de les inclure toujours en vue de leur origine ethnique et toujours par le biais de leviers juridiques, dans les deux cas la France était et est étrangère à toute considération éthnique.  En revanche, elle pourrait développer des politiques de coopértation et d'échange avec ses ex colonies, car dans ce cas précis dans les colonies la ségrégation était institutionalisée par l'appareil étatique.

Moka