Me voici enfin sur le continent américain petite Africaine passée par la France, sortie de son Sénégal natal il y a six ans.
Nous étions rêveurs Patient et moi et tous les autres, tous ceux qui en avaient assez de se faire répéter qu’ils n’étaient pas d’ici, pas de là ; tous ceux qui en avaient assez de galérer pour vivre, manger, loger, boire, étudier… au pays des droits de l’homme.

Et me voici au CANADA. Me voilà à Montréal. Me voici voilà au Québec.
Je veux parler de tout et de rien, finalement, de mes impressions au cours de ces deux mois ( déjà ou seulement?) dans la belle province.
J’ai été surprise d’entendre beaucoup d’immigrants (nouvellement arrivés ou parfaitement intégrés) me dire combien il leur était difficile de se faire des amis québécois, de discuter avec eux d’autre chose que de leur Québec natal. Pour le moment, je constate que les média québécois, sûrement comme ceux de toute l’Amérique du Nord sont centrés sur eux-mêmes ( n’est ce pas ce qu’on reprochait aux média français ? ) et sont, en gros, un subtil mélange de la télévision américaine et de celle française. L’Afrique ici reste une entité inconnue, noyée dans la guerre, le sida, la misère ( n’est-ce pas ce qu’on reprochait aux Français ? ).
J’ai été très étonnée d’entendre Guillaume Carle, grand chef de la Confédération des  peuples autochtones du Québec et du Canada déclarer, au sujet des conditions de vie des autochtones du Québec qu’elles étaient ‘pires qu’en Afrique’ le mardi 13 mars, sur les ondes de TVA. La connaissance du continent africain est aussi tronquée dans les deux pays.
    Laissez moi vous dire quel thème médiatique m’a accueillie au Québec ; celui des accomodements raisonnables, les média en étaient tous à de demander si l’accomodement ( donc l’intégration des migrants et l’acceptation des us et coutumes) devait venir des migrants ou des Québécois. La plupart des émissions ( radiophoniques ou télévisées) que j’ai eu à suivre sur le sujet m’ont cloué le bec : à les entendre, une Musulmane était forcément voilée, soumise ; une Québécoise pur laine convertie à l’islam les étonnait, voire heurtait. Je suis étonnée de voir comme les analystes, les chroniqueurs, les journalistes sont incapables de se départir de leur conditionnement pour poser un regard neuf sur les autres cultures ( en particuliers dès que cela a trait à la religion musulmane)
Une ville de la région de la Mauricie, Hérouville, a eu l’excellente idée de mettre en place un code pour les migrants pour  « favoriser leur participation à la vie communautaire et sociale » ;  l’excision, la lapidation, brûler des femmes vives ou se promener voilée, serait désormais interdit, et ce pour préserver la culture québécoise. La peur, la peur…de l’autre.
L’affaire va très loin puisque la ville de 1 500 habitants est poursuivie devant la Commission des droits de la personne du Québec par des leaders musulmans.
Pire, deux autres villes ont suivi l’exemple et ont demandé la révision des chartes canadienne et québécoise des droits et libertés pour empêcher les accommodements raisonnables.



    On se rappelle du DR Mailloux qui déclarait que selon une étude, la "sélection artificielle" opérée par les Blancs lors de la traite des Noirs aux États-Unis aurait donné pour résultat un léger désavantage génétique des afro-américains sur le plan de l'intelligence?

Les élections approchent au Québec et dans ce cadre, les dérapages n’ont rien à envier à ceux de la France.
Un journalise d’une radio de Saguenay déclarait que  personne ne voudrait voter pour André Boisclair, chef du parti québécois (PQ) qui s’avère être un homosexuel, parce que c’est une tapette. Pas plus tard que ce matin, le débat se place autour de la problématique du foulard : doit on laisser les femmes voilées ( le visage entier camouflé sauf les yeux) voter, et certains de parler de déguisement, d’autres d’affirmer que le jour du vote, le 26 mars, certains arriveront en Batman d’autres en superman...bref, c’est à qui fera le plus d’humour noir.
Voilà, c’est le Canada que j’ai trouvé, le québec dans lequel j’ai décidé de vivre…Mais je pourrai aussi vous dire prochainement, ce qui va bien aussi, car plein de choses vont bien…
Rappelons nous juste que l’ignorance peut tuer et m’est avis que le Québec va encore nous surprendre sur le plan des questions de l’immigration.

Ayavi Lake