S5020316

Non, il ne s'agit pas d'une héroïne de comics, elle ne fait pas partie de la bande des X men ou des autres super- héros. Même si son action pour l'environnement lui mériterait une place dans La ligue des justiciers. Wangari Maathai explosa médiatiquement le 8 ocotobre 2004 en recevant le prix nobel de la paix. Une première à double titre: jamais la prestigieuse récompense n'avait été attribuée à une femme africaine, jamais elle n'était venue couronner une action de protection de la nature.  Wangari Mathai ou Wangari Muta, ou encore affectueusement surnommée tree woman (femme arbre),
créa en 1977  le plus grand projet de reboisement d'Afrique: le "Green Belt Movement"("Mouvement ceinture Verte", GBM). Cette organisation a pour but de développer la biodiversité et dans le même temps, cette initiative a permis de donner des milliers d'emplois aux femmes.
Surtout cette organistation, composée de beaucoup de femmes, dont le courage et la volonté sont hors pairs, a planté plus de 30 millions d'arbres pour prévenir l'érosion du sol.
100maathai
N'est- ce pas la plus grande chance de réussite de développement durable, lorsque les africains eux mêmes s'investissent pour sauver leurs terres??
Wangari Maathai semble nous prouver cela. Ainsi on pourrait affirmer que le succès de Green Belt Movement est sûrement lié au fait que l'initiative de ce projet fût mener par les Africaines elles mêmes.
Car en effet, comment mesurer l'impact des organisations non gouvernementales, qui agisse
nt pour l'environnement, sur les populations locales?
051005_wangari_hmed_6a
Pour être plus précis, lorsque les associations d'aides au développement arrivent en Afrique, qu'il s'agisse d' ONG, ou autres, il y a comme une atmosphère salvatrice, les populations locales sont en situation d'attentes et les ONG ou autres associations pour le développement s'occupent de tout, ne laissant aucune initiatives mais surtout aucune autonomie aux populations locales. Au final, l'impact devient partiel, car l'implication ne sera pas la même étant donné que l'initiative venait d'autres groupes et non des personnes concernées elles-mêmes, à savoir celles qui vivent cette réalité au quotidien. Or avec  la Green Belt Movement, l'initiative venait d'une kenyane qui a sû mobiliser les Kenyans et surtout les Kenyanes
pour protéger leur terre.
    maathai460                                           

C'est en ce sens  que l'action  de  Wangari Maathai  est un exemple pour toute l'Afrique:

un projet de développement durable, faite par une femme africaine (kényane).  De ce fait, l'entourage et surtout les générations ultérieures auront un exemple  qui leur montreront que les africains sont eux-mêmes les acteurs majeurs de la survie de leur continent. 
Tree woman, par son courage et sa volonté, est devenue député depuis décembre 2002  et fût nommée en janvier 2003 ministre-adjoint à l'environnement, aux ressources naturelles, et à la faune sauvage.

Moka